La concurrence pourrait sévir dans la pub en ligne

publicité en ligne

Facebook et Google sont dans le collimateur de de l’Autorité de la concurrence. Pour cause, une enquête révélant sur la publicité dans le Web des pratiques malsaines. Ainsi, l’Autorité a annoncé l’étude pour l’ouverture d’un contentieux.

Le rapport accablant de l’Autorité de la concurrence

La Haute Autorité a procédé, de son propre gré, à une large étude qui a duré deux longues années. Au cours de celle-ci, l’Autorité de la concurrence est parvenue à interroger plus de soixante fournisseurs et plus de cinquante annonceurs de services mais aussi plus de cinquante éditeurs. Devenu le premier mur de publicité dans l’Hexagone depuis 2016, Internet est passé devant la télévision avec son taux de croissance très élevé. L’année 2017 a vu la publicité en ligne émerger de 12% et ainsi se placer comme une industrie de 4,1 milliards d’euros.

Cependant, il y a beaucoup de critiques sur le déséquilibre  noté dans le partage des coûts. En effet, les éditeurs touchent 40% des dépenses des clients selon certaines estimations. La complexité des transactions, dans lesquelles s’immiscent parfois une multitude d’acteurs courtiers, est apparemment critiquée, notamment à la suite de l’enquête diligentée par l’Association des annonceurs américains. Elle a permis à divers gros annonceurs à changer de technique de communication.

Selon Isabelle de Silva, la présidente de l’Autorité, il existe de nombreux acteurs qui se plaignent des comportements constatés dans le milieu. Elle l’a fait savoir au cours de la conférence de presse qu’elle a tenue. L’Autorité a reçu des plaintes qui portent sur des discriminations, des accusations d’effet de levier, d’exclusivité, de couplage, de freins à l’opérabilité, de restrictions en matière d’exploitation et d’accès des données. Au départ, l’étude n’avait aucun caractère contentieux ; cependant la découverte de certains éléments pourra donner éventuellement le déclenchement d’une enquête a ajouté Isabelle de Silva avant de finir par avertir de la prise d’une décision dans quelques mois.

Positions dominantes de Facebook et Google

D’habitude, l’Autorité avait tendance à donner une décision après deux ans en moyenne, mais cette fois-ci, Isabelle de Silva a reconnu l’urgence des réactions face à un secteur qui suit une mutation très rapide. Depuis 2010, une enquête proche a pointé du doigt la suprématie des deux acteurs majeurs Google et PagesJaunes (SoLocal maintenant). Comparativement, les entreprises qui dominent le marché actuellement sont Facebook et Google.

Même s’il n’est pas facile de faire sortir les parts des deux géants de Web sur le marché en France, des statistiques internationales soulignent qu’ils gagnent à eux seuls 76% de dépenses sur le Web, hors mis la Chine.

 

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :