Le scandale sur les émissions des véhicules n’a pas épargné Fiat Chrysler

Fiat Chrysler

Une nouvelle affaire frauduleuse concernant la technologie dans le domaine de construction des automobiles fait la une des journaux. Après Volkswagen, c’est au tour  du constructeur d’automobile  Fiat Chrysler Automobiles de faire face à ces allégations frauduleuses.

Les moteurs diesel : manipulation du constructeur italo-américain Fiat Chrysler Automobile

En effet, depuis septembre dernier après que le groupe Volkswagen a admis avoir manipulé la technologie pour respecter les normes d’émission polluante, une poursuite infernale a été mené par organes de tests d’Europe et d’Asie. Ces derniers assurent la qualité des systèmes de  dépollution des véhicules diesel. Durant ces derniers mois, plusieurs entreprises ont attiré l’attention des gendarmes européen et asiatique. Une liste assez longue a été établie et on y retrouve plusieurs grands constructeurs comme Renault, Nissan, Opel, Mercedes et autres.

Par ailleurs une autre pratique aussi frauduleuse que celle de la technologie diesel a été décelée avec Mitsubishi ou Suzuki. En effet, ils ont triché sur leur consommation. Plusieurs constructeurs ont été pointés du doigt et feront l’objet d’enquête. La pression serait montée d’un cran et plusieurs tests ont été réalisés pour déceler les procédures fallacieuses que certains grands constructeurs d’automobile utilisent pour contourner les normes d’émission polluante. Depuis l’affaire de Volkswagen, le secteur de construction de l’automobile est au-devant de la scène, aujourd’hui c’est au tour du constructeur italo-américain Fiat Chrysler Automobile de faire face aux accusations des dirigeants allemands.

Lumière sur l’affaire les accusations de fraude de Fiat

Le ministre allemand des transports a déclaré que le grand constructeur de l’automobile Fiat Chrysler Automobile, ne respectait pas les normes pour l’émission de gaz à savoir les normes d’oxyde d’azote (NOx). Selon des informations parues ce samedi par la presse  d’outre-Rhin, FCA est soupçonné d’avoir manipulé certains de ces véhicules, à l’occurrence le Fiat 500X. En effet, ce dernier est un 4 x 4 qui dispose d’un moteur diesel de 2 litres, un logiciel interdit qui permet de stopper après vingt-deux minutes de fonctionnement du moteur, le système d’antipollution.

Alors que le délai accepté par l’instance de contrôle des véhicules de moteur à diésel est de vingt minutes. C’est à la suite  l’enquête de KBA, sur plusieurs voitures, après l’affaire Volkswagen, que ce constat a été fait par les dirigeants allemands. En effet les résultats de cette enquête ont été rendu fin avril et le ministre des transports allemand n’attends pas moins du constructeur italo-américain plus d’éclaircissement  sur la situation.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :