Le placement de produits au cinéma

Placement produitsParce que produire un film coûte de plus en plus cher, de nombreux réalisateurs ont recours au placement de produits, tant pour réduire les coûts techniques que pour compenser les cachets de certains acteurs très populaires.

Le septième art ne peut pas se passer de la publicité pour vivre et ce que l’on appelle le placement de produits est monnaie courante dans les longs métrages. Déjà, en 1901, Georges Méliès, créateur du premier studio de cinéma français, avait fait la publicité du champagne Mercier dans le film Barbe Bleue.

Depuis, de nombreux produits font leur apparition dans les films, parfais de manière très maladroite, provoquant au mieux un effet comique, au pire l’agacement et le plus souvent du buzz sur Internet. Il existe trois types de placement de produits. Le plus simple consiste à citer la marque dans un dialogue. C’est la technique la plus agressive. Le deuxième, plus subtil, consiste à filmer le produit de manière (si possible) anodine. Enfin, un troisième type de placement est celui où les produits sont simplement utilisés mais les marques invisibles. C’est par exemple le cas dans le film Cinquième élément où l’on voit des vêtements signés Jean-Paul Gaultier.

Les modèles économiques associés sont très variés, des productions internationales pouvant tarifer jusqu’à 150 000 euros à une entreprise la visibilité de sa marque, et ce, dans une seule et unique séquence. Cela peut paraitre peu de temps pour un gros budget mais il faut intégrer qu’un film a plusieurs vies : DVD, VOD voire produits dérivés.

Dans Spectre, le prochain James Bond, relate BFM Business, c’est Belvédère qui a remporté le contrat de placement de produit pour sa vodka, celle que va boire l’agent 007. Le site indique que « La marque de vodka polonaise détrône Heineken. Le brasseur avait déboursé, pour Skyfall, 35 millions de dollars pour que l’agent secret boive la bière. Le budget qu’a dû débourser le polonais pour reprendre la main n’a pas été dévoilé. » On se doute qu’il se chiffre en millions de dollars mais c’est une véritable aubaine marketing pour Belvedere. D’ailleurs l’entreprise va également commercialiser 2 bouteilles collector qui sortiront avec le film.

Les James Bond sont en général des vitrines publicitaires bien garnies et le prochain ne déroge pas à la règle. En plus de Belvedere, Fiat sera représentée (après Aston martin, BMW, Ford Lotus…), tout comme la marque de montres Omega ou les champagnes Dom Pérignon et Bollinger.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :