Parfum Pour un homme, pour la vie

CaronPatrick Bruel le porterait, le rugbyman Sébastien Chabal en a fait la publicité en 2008, et Serge Gainsbourg l’a chanté en 1972 avec Jane Birkin. Il semblerait même que Patrick Poivre d’Arvor, Johnny Hallyday, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, y ont succombé. Le parfum « Pour un homme » de Caron fête les 80 ans de sa création.

Paris Match nous raconte son secret : « Il tient au juste dosage de deux matières premières : la lavande et la vanille. En 1934, Ernest Daltroff, créateur de la maison Caron, réussit un équilibre de haute voltige en inventant cette association inédite. La révolution est de l’avoir lancé en tant que parfum pour les hommes, si différent de la sempiternelle eau de Cologne qui leur était jusque-là réservée. La recette est simple et bien réglée. C’est la clé pour traverser le temps. »

Une phragance adopté aussi par les femmes et Romain Alès, président des parfums Caron révele dans cette même interview accordée au magazine « Il a d’ailleurs porté le nom Pour Une Femme pendant la guerre. Les marques créées par les juifs étaient alors taxées de manière exorbitante. Quand Ernest Daltroff, juif polonais, doit s’exiler aux Etats-Unis pour fuir la montée du nazisme, sa muse et compagne Félicie Wanpouille ne peut pas payer les 200% de taxe. En 1941, elle a donc l’idée de débaptiser le produit, sans en changer la formule, pour qu’il puisse perdurer. »

L’entreprise Caron a été créée en 1904 et fait aujourd’hui partie d’Alès Groupe, qui appartient à 82% à la famille Alès, propriétaire également des cosmétiques Liérac et des produits capillaires Phyto. Avec Guerlain, maison créée à Paris en 1828, elle est une des plus anciennes maisons françaises de parfums. « Pour un homme » représente 60% du chiffre d’affaire de Caron qui est de 10 millions d’euros (6% des ventes du groupe en 2012).

Caron réalise plus des deux tiers de ses ventes en France, elle possède 3 boutiques à Paris et une à New-York, mais vise les marchés du Moyen Orient ou Russe.

Pour fêter son anniversaire, la marque propose une édition millésimée de « Pour un homme » pour laquelle Richard Fraysse, parfumeur créateur de la maison Caron, déclare être resté fidèle à la formule, mais l’a sublimée en sélectionnant « les lavandes les plus fleuries et les vanilles les plus nobles. » « Les notes de fond, ambre et musc, ont ainsi gagné en ténacité. » ajoute-t-il. De quoi fêter dans quelques années le centenaire.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :