Fashion Week : quand les magasins du quotidien jouent dans la cour des grands

Parmi les événements incontournables de l’univers de la mode, les prestigieuses Fashion Week concentrent le temps d’une semaine les maisons réputées de la haute couture et les passionnés de nouvelles collections. Dans les principales capitales mondiales de la mode, le prêt-à-porter est, à l’occasion, célébré dans tous ses états, tandis que la haute couture en profite pour exposer ses créations. Ces dernières années ont cependant vu un vent nouveau animer ce rituel dédié à lImagea mode. Des enseignes moins exclusives s’illustrent en effet durant l’événement, au côté des maisons dites « classiques » qui font et défont aujourd’hui encore la tendance dans la haute couture. Cette démocratisation des acteurs présents sur la scène des semaines de la mode n’est toutefois pas anodine, car les nouvelles marques qui émergent durant ces rassemblements poursuivent un objectif en opérant selon des stratégies bien définies.

Les Fashion Week à l’ère 2.0 avec Etam et H&M

Un tout nouveau ton est donné lors des dernières Fashion Week parisiennes. L’événement, habituellement le seul apanage des griffes indétrônables comme Yves Saint-Laurent ou autre Christian Dior, met désormais en lumière des enseignes plus accessibles comme H&M et Etam. Crime de lèse-majesté et juste un symbolique quart d’heure de gloire pour ces marques très proches du public ? Pourtant, ce n’est pas la première fois qu’un phénomène du genre est apparu. En Europe, les plus importantes places de la mode ont en effet déjà assisté à cette démocratisation. Les semaines de la mode organisées à Londres ont contemplé le défilé de l’enseigne Topshop, une sensation également ressentie à Barcelone avec la marque Desigual. D’éminents spécialistes en marketing évoquent alors ce phénomène comme une nouvelle réorganisation sur l’échiquier mondial de la mode. Ces derniers n’hésitent d’ailleurs pas à estimer que le piédestal jadis situé entre maisons de couture et représentants d’une griffe plus populaire est voué à s’écrouler. À l’avenir, il deviendra encore plus courant que ces marques du quotidien s’illustrent au cours de manifestations comme les Fashion Week, véritables institutions mondiales de la mode et principal véhiculeur des nouvelles tendances. Pour en revenir au déroulement de l’événement, les deux enseignes n’ont ainsi rien laissé au hasard, offrant des apparitions de qualité et organisées avec minutie.

Des participations réussies pour H&M et Etam

L’opportunité est très précieuse pour H&M et Etam afin de s’intégrer dans la cour des grands. Participer à un événement d’importance comme la semaine de la mode n’est pas à négliger, car l’image de marque y est forcément scrutée par les nombreux observateurs. Etam, dont c’est la sixième participation à la manifestation, a ainsi concocté une soirée rondement menée. S’illustrant avec un Live Show très réussi mêlant défilé et chanteurs en live, l’enseigne a fait appel à 70 modèles pour arborer ses nouvelles créations. Le côté musical a été assuré par la présence d’artistes en verve comme Lily Allen, Rita Ora ou Selah Sue, dignes ambassadeurs de l’actuelle génération montante. Le maître mot du rendez-vous était de mettre en valeur la marque ainsi que ses nouveaux produits, tout en suscitant l’envie chez les spectateurs. Quant à la marque suédoise H&M, elle a ébloui son assistance lors de l’événement organisé aux jardins du musée Rodin, un cadre où s’étaient déjà distingués Dior et Saint-Laurent au cours de précédentes éditions. Cet antre illustre de la haute couture accueillait ainsi la première participation de H&M à la Fashion Week parisienne. L’enseigne inaugurait ses prémices en prenant soin de peaufiner son image. Dans un décor très bien pensé évoquant une maison de maître, les modèles les plus en vue du moment se sont succédé pour défiler devant un aréopage de prestigieux invités. C’est avec ébahissement et plaisir que les Anna Dello Russo, Ashley Olsen ou Virginie Ledoyen ont contemplé la collection H&M Automne 2013 portée par les Arizona Muse et autre Cara Delevingne. L’événement a vraisemblablement marqué par sa réussite, et tous s’accordent que les marques aux prix accessibles ont entièrement leur place au sein du gotha habitué aux Fashion Week.

Les Fashion Week, un moteur pour davantage de visibilité internationale

L’accès de ces enseignes réputées pour leur accessibilité aux rassemblements mythiques comme les Fashion Week est la suite logique de longs efforts amorcés depuis de longues années. Pour la seule marque H&M, la stratégie a commencé à être instaurer depuis l’année 2004, période pendant laquelle elle s’est rapprochée des grands noms de la couture pour dessiner ses produits. Et la finalité n’a pas tardé après les défilés organisés : outre les succès qui s’en sont suivis, les échos à travers les médias n’en seront que positifs pour leur visibilité. Chaque événement de cette envergure est un tremplin très bénéfique pour chacune de ces enseignes, avec une accréditation d’un minimum de 1 500 journalistes, des connaisseurs provenant d’une cinquantaine de pays. D’une pierre plusieurs coups finalement pour ces nouvelles venues des Fashion Week : avoir leur place au sein du cercle encore fermé des prestigieux participants, faire pâlir d’envie les personnalités présentes et bénéficier d’une visibilité internationale.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :