Marketing et tablette : quel angle d’attaque adopter ?

La tablette a vraisemblablement un bel avenir devant elle. Cependant, l’investissement massif n’est pas encore à l’ordre du jour, car le taux d’équipement est encore trop faible. Pour anticiper la convergence vers l’usage intensif des tablettes, il existe toutefois certaines recommandations à suivre.

Vers des sites plus mobilestoucher

De nombreux e-commerçants ont d’ores et déjà commencé à se préparer à recevoir un important trafic sur leur site web depuis les tablettes. Le taux d’équipement étant encore trop faible pour justifier un lourd investissement, c’est dans la mobilité des sites que les e-commerçants font le plus souvent porte leurs efforts. Bien que certains sites soient accessibles via les tablettes, les e-commerçants commencent en effet se préoccuper de la facilité de navigation. C’est ce que préconise le président de UserADgent, Renaud Ménérat. Cette agence-conseil en marketing mobile est pour le moins expérimentée sur les contraintes des tablettes. Bien que 70 % des sites soient lisibles sur tablette, la navigation à l’aide de fonctions de type « touch » est à revoir. Ainsi, pour ceux qui n’auront pas à créer un nouveau site dédié aux tablettes, l’intégration d’une plus grande mobilité est déjà à l’ordre du jour.

Une ergonomie pour chaque support

Le simple fait que la taille de l’écran d’une tablette soit différente impose une contrainte ergonomique. En effet, un site web sera certes lisible dans la majorité des cas, mais n’offrira pas un confort de navigation optimal. Ainsi, un site internet n’ayant pas adapté son ergonomie pour un surf via tablette s’expose au risque de perdre des internautes. L’idéal est encore de créer plusieurs sites, chacun ayant une source de trafic différente. L’un étant dédié à une navigation depuis un ordinateur, l’autre depuis un téléphone portable et encore un autre pour les tablettes. Mais il ne s’agit en revanche pas de créer plusieurs url. Pour des questions de référencement notamment, les spécialistes privilégient en effet le recours à des plateformes de rendering, qui peuvent identifier la source de trafic, et orienter l’internaute vers la version compatible avec l’outil qu’il utilise. Ainsi, avec une même URL, le site d’un e-commerçant peut être accessible via une multitude de supports.

Application et présence

Le développement d’applications dédiées est certes une stratégie qui apporte du trafic, mais leur objet est essentiellement de fidéliser les clients. Ainsi, la plupart des e-commerçants choisissent de faire passer le développement d’application au second plan pour le moment. À moins d’avoir déjà un portefeuille important de clients mobiles. Dans ce cas, les e-commerçants doivent tout simplement répartir leur budget marketing de manière équitable pour ces différentes plateformes. Les internautes mobiles sont de plus en plus nombreux, on le sait, et il ne faudrait pas de manquer la montée en puissance de ce type d’usagers. Et d’ailleurs, bon nombre des clients fidèles sont déjà des mobinautes, et certains d’entre eux pourraient bien être davantage incités à l’achat, du fait de l’ouverture des e-commerces au nomadisme.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :