Vinod Khosla : investisseur pionnier du marché des technologies vertes

Nombreux sont ceux qui pensent que les technologies propres représentent l’avenir de l’industrie. Parmi eux figure Vinod Khosla, pionnier de l’investissement dans les cleantech.

 

Khosla VenturesAvant de créer sa propre société d’investissement en capital-risque, Vinod Khosla est d’abord un ancien de l’Indian Institute of Technologie. Après avoir décroché l’équivalent d’une licence dans cette institution, sa passion pour l’ingénierie l’a conduit aux États-Unis où il a obtenu la maîtrise en génie biomédical de la prestigieuse Université Carnegie-Mellon, suivie d’un MBA de l’Université de Stanford.

Quand il a inauguré Sun Microsystems en 1982 en compagnie de quelques collègues, Vinod Khosla avait déjà une certaine expérience de l’entrepreneuriat. Il avait en effet déjà créé une première entreprise en Inde et une seconde au cœur de la Silicon Valley. Cette expérience a contribué à faire de Sun Microsystèmes un acteur important dans le milieu du logiciel open source notamment. L’entreprise et son créateur étaient promis à un avenir radieux.

D’origine indienne Vinod Khosla incarne le succès pour tous les dirigeants d’entreprises qui ont grandi dans un pays développement. Son parcours exemplaire, ponctué par des passages au sein d’établissement de formation prestigieux, et son succès dans les affaires lui ont valu un renom international en tant que cadre-dirigeant et investisseur. Après avoir fait de Sun Microsystems une entreprise mondialement connue, Vinod Khosla s’est intéressé à l’investissement.

Vinod Khosla connu pour son flair a été l’auteur de quelques remarquables découvertes avant de se spécialiser sur le secteur de technologie verte. Quand il travaillait chez Kleiner Perkins Caufield & Byers, il s’était fait un nom en misant sur Cerent et Siara Systmes. L’investissement dans ces sociétés spécialisées dans la fibre optique avait alors permis de rapporter 15 milliards de dollars. Ce n’est qu’après avoir réalisé des investissements exceptionnellement profitables dans le secteur de l’internet à la fin des années 1990 que Vinod Khosla s’est finalement pris d’intérêt pour les cleantechs.

Alors qu’il travaillait encore aux côtés des capital-risqueurs de chez Kleiner, Vinod Khosla a pris en charge ses premiers dossiers concernant l’industrie des biocarburants. C’est ainsi qu’il fit ses premiers pas sur le marché des technologies vertes. C’est aussi de cette manière qu’il a trouvé l’inspiration pour ouvrir sa propre société en capital-risque pour accompagner les nouveaux acteurs de ce marché. À partir de 2004, Khosla Ventures a ainsi investi plusieurs millions de dollars dans des start-ups prometteuses du secteur des cleantechs. Son fonds a connu quelques revers, mais son succès est indéniable : Khosla Ventures est même parvenu à recruter l’ancien premier ministre Tony Blair en tant que conseiller principal. L’entreprise est également devenue un partenaire d’affaires régulier d’investisseurs tels que Bill Gates.

En l’espace de 10 ans, Vinod Khosla a investi activement dans le secteur des technologies vertes. Il a contribué ainsi à révéler au monde quelques une des entreprises les plus talentueuses de notre époque. Tout au long de sa carrière, Vinod Khosla a illustré le caractère rentable de la technologie. Il démontre aujourd’hui la même chose pour les cleantech et les industries nouvelles et respectueuses de l’environnement. Ces dernières filières ont gagné en crédibilité aux yeux des investisseurs du monde entier en partie grâce à des financiers comme Vinod Khosla. Il reste toutefois à patienter pour savoir si l’engouement précurseur des 10 dernières années a suffi pour initier une tendance durable et créer une confiance solide à l’égard de ces secteurs émergents.

Publicités